GENEALOGIE HERALDIQUE

 

 

 

Elle permet de remonter le plus loin possible dans les générations d’une famille possédant un blason.

 

 

 

 

 
.
 

 

La généalogie et l’héraldique sont complémentaires.

 

 

 

 

Par l’étude des armoiries on peut mettre à jour le lignage d’une famille entière. Les armes sont un emblème familial. On

 

définit le mot "armoirie" par armes ou écu. Le blason donne la description des armoiries.

 

 

 

 

L’héraldique est une science  avec ses rudiments, ses méthodes ancestrales qui doivent être respectées.

 

 

 

L’héraldique est née sur les champs de batailles au XI et XIIème siècles.

 

Au Moyen-Age, le chevalier arborait un signe distinctif , visible de loin.

 

 

 

 

 

 

 

Ces signes étaient représentés en figures et couleurs fixes, peintes ou gravées sur la cotte d’armes.

 

 

Cette pratique fort ancienne qui existait déjà dans l’Antiquité devint une marque héréditaire portée également par les

 

non-combattants de la famille.

 

 

 

 Les blasons étaient nés et avec eux leur science : l’héraldique

 

 

 

Au XIVème siècle, le blason par sa vocation première, militaire, donne sa  véritable marque à la famille, sa signature.

 

 

 

 

 

 

 

 

Au XVème, le blason sert à reconnaître, non seulement toutes les familles notables, mais encore toute famille de petite

 

ou de grande bourgeoisie. Mais aussi de toutes corporations qui le souhaitent peuvent avoir leur arme à condition de 

 

faire procéder à leur enregistrement. C'est ainsi que certains paysans, ouvriers, et bourgeois possèdent des armoiries. 

 

Ces différentes classes sociales ne pouvaient contrairement à la noblesse, timbrer leurs armoiries, c'est à dire

 

surmonter les blasons d'un casque ou d'une couronne.

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1696, Louis XIV décida de crée un impôt sur la vanité de l’homme. C’est pourquoi il ordonna  à tous porteurs

 

d’armoiries, nobles, bourgeois, clercs, communautés, corporations, villes et provinces d’enregistrer contre

 

finances leurs blasons.

 

 

 

Si pour un particulier le prix de cet enregistrement était de 20 livres, pour celui d’une province la somme était de

 

500 livres.

 

 

 

Quelques 110 000 armoiries se verront ainsi attribuées à des familles nobles ou pas. Il fallait rentrer des fonds

 

pour la construction du château de Versailles.